La mise en place d’une solution basée sur VMware vSAN demande une compréhension du besoin du client et une bonne connaissance des solutions VMware. Bien que beaucoup de nos clients aient une bonne compréhension de haut niveau de vSAN, cet article couvrira certains concepts, manières et bonnes pratiques de base pour la mise en place d’une infrastructure vSAN. J’espère que ce dernier aidera certains (es) d’entre vous à enfin comprendre que la couche SAN n’est plus portée par les baies de stockage mais les ESXi eux même.

  1. Qu’est-ce que le vSAN ?
No alt text provided for this image

vSAN est un stockage distribué basé sur des objets VMware qui a vu le jour en 2014 avec la version 5.5. Plusieurs mises à jour majeures ont été apportées au produit, chacune apportant de nombreuses nouvelles fonctionnalités et améliorations. A ce jour (Février 2020), la version actuelle est la v6u3. Le nombre minimum d’hôtes requis pour le cluster vSAN est de 3 et peut s’étendre jusqu’à un maximum de 64 hôtes. Pour les petits déploiements tels que les PME et Start-up, il est possible d’avoir 2 hôtes plus un hôte témoin distant (witness). Il y a quelques considérations concernant la disponibilité des données pendant la maintenance avec le nombre minimum de nœuds, mais nous y reviendrons plus tard. vSAN peut facilement évoluer en mode horizontal en ajoutant des hôtes supplémentaires, ou vertical en ajoutant de nouveaux composants à un hôte existant. Cela ne perturbe en rien les performances et la capacité du réseau, qui peuvent être augmentées de manière indépendante.

Une question courante est de savoir ce qui doit être installé ou déployé pour que le vSAN fonctionne. La réponse est assez simple : RIEN ! Le vSAN est entièrement intégré à vSphere et exploite le stockage local des hôtes en grappe, qui se présente comme un seul entrepôt de données (datastore). Il n’y a pas d’appliances à déployer ni d’upgrade à transmettre aux hôtes et le vSAN consomme généralement moins de 10 % des ressources de calcul par hôte. L’activation du vSAN peut être effectuée en quelques clics de souris.

No alt text provided for this image

2. Caractéristiques et licences

Les baies de stockage traditionnelles basées sur des blocs et des fichiers offrent généralement de nombreuses fonctionnalités de niveau entreprise telles que le thin provisioning, snapshots, la réplication, la compression, la déduplication, le cryptage et bien d’autres encore. Lorsqu’il est question de remplacer les baies de stockage traditionnelles par une solution de stockage définie par logiciel telle que vSAN, on craint parfois que ces fonctionnalités ne soient pas disponibles. La bonne nouvelle est que le vSAN supporte tout ce qui précède et bien plus encore. Comme pour la plupart des produits VMware, plusieurs options de licence sont disponibles en fonction des fonctionnalités dont vous avez besoin. Les trois choix sont les suivants : standard, avancé et entreprise, chacun étant disponible sous licence par modèle de socket CPU. Pour le ROBO, il existe deux choix – standard ou avancé – qui sont disponibles en packs de 25 VM. Comme pour le modèle de licence vSphere, vous pouvez répartir un pack de licences sur plusieurs sites, mais un seul site ne peut pas avoir plus de 25 machines virtuelles en fonctionnement. J’ai inclus le tableau ci-dessous, tiré du guide des licences vSphere, qui compare les fonctionnalités disponibles pour chaque type de licence.

No alt text provided for this image

Remarque : les fonctions d’encodage, de déduplication et de compression RAID5/6 sont uniquement prises en charge dans une configuration All-Flash vSAN.

Rendez-vous sur le second article qui couvrira l’architecture de vSAN et ce qui doit être pris en compte lors de la sélection d’une plate-forme matérielle pour exécuter un vSAN.